Notre Histoire

  • 2023

    2023

    Un OPH réorganisé pour répondre efficacement à la Politique du Logement

    Un OPH réorganisé pour répondre efficacement à la Politique du Logement
    Lire la suite
  • 2021

    2021-2022

    Réaffirmer le métier de bailleur social d’un OPH réactif

    Réaffirmer le métier de bailleur social d’un OPH réactif
    Lire la suite
  • 2020

    2020

    Consolider la confiance avec une vision claire des centres de profits

    Consolider la confiance avec une vision claire des centres de profits
    Lire la suite
  • 2019

    2019

    Gestion des centres d’hébergement étudiants (CHE)

    Depuis janvier, l’OPH assure la gestion des centres d’hébergement étudiants (CHE) de « PARAITA » et d’« OUTUMAORO ». Présentation de la « Feuille de route » de l’OPH de 2019 à 2023, élaborée par le directeur général à destination de l’ensemble du personnel, des partenaires sociaux et des membres du conseil d’administration, suite au rapport d’observations définitif de la Chambre Territoriale des Comptes (CTC).
    Lire la suite
  • 2018

    2018

    Avenant à l’Aide Familiale au Logement.

    Signature entre la CPS et l'OPH d’un avenant à la convention sur l’"Aide Familiale au Logement". Cet avenant porte sur les conditions générales d’échanges de fichiers électroniques, qui vise à faciliter et automatiser le traitement des informations et le calcul de l’aide, et ainsi pouvoir étendre le dispositif à l’ensemble des locataires de l’OPH qui en feraient la demande.
    Lire la suite
  • 2018

    2018

    Appel à projets.

    Tel que prévu dans le cadre du « Plan 3 000 logements », l’OPH lance des appels à projets, financés par le Pays et l’État pour partie, afin de soutenir le secteur du BTP et consolider l’offre publique de logements sociaux, permettant l’acquisition au travers de la VEFA ou la vente à terme des ensembles immobiliers pour environ 200 logements par an.
    Lire la suite
  • 2017

    2017

    Rapprochement avec la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)

    L’OPH souhaite un rapprochement avec la CDC, qui bénéficie d’une expérience et de produits financiers dédiés aux bailleurs sociaux pour mener leur politique d’investissement. Cette initiative, soutenue par le gouvernement métropolitain et local, ainsi que par les réseaux professionnels de bailleurs sociaux métropolitains et ultramarins, est formalisée par la signature d’une déclaration d’intention commune en septembre, lors du Congrès de l’Union Social de l’Habitat (USH). Cette déclaration entraîne la conclusion d’un accord-cadre d’accompagnement et d’assistance par la société d'ingénierie de projets "Services, Conseils, Expertises et Territoires" (SCET), filiale de la CDC, afin que l’OPH puisse augmenter à terme ses capacités d’intervention et maximiser ses performances opérationnelles pour soutenir le Pays dans la réalisation du « Plan 3 000 logements » et devenir à terme éligible aux financements de la CDC.
    Lire la suite
  • 2017

    2017

    La gestion des opérations de sinistrés.

    Les phénomènes de calamités naturelles s’étant intensifiés lors des saisons des pluies des années 2015 et 2016, le Pays ne disposait pas d’outils réglementaires efficaces permettant de répondre rapidement aux demandes des populations sinistrées. Ainsi, menant parallèlement la gestion des opérations de sinistrés, plusieurs dispositifs ont été mis en place et repris en 2018 dans un texte instituant un régime d’aide sociale à la reconstruction d’un logement en cas de calamités naturelles : </br></br> • le relèvement des plafonds d’aides en matériaux pour Tahiti et les Îles (de 800 000 F à 2 MF) ; </br> • la mise en place d’un système de paiement au franc symbolique pour la construction de fare OPH en faveur des populations sinistrées.
    Lire la suite
  • 2017

    2017

    La diminution du montant de la participation des attributaires de fare OPH.

    Face à la difficulté pour certaines familles de régler le montant de leur participation, et compte tenu de l’expérience des programmes de fare OPH, le gouvernement a décidé d’abaisser à 2 % le taux de participation des familles qui était en moyenne de 5 %, voire 10 % dans le cadre des programmes cofinancés avec l’État. Cette disposition a permis ainsi d’accélérer la production de fare OPH.
    Lire la suite
  • 2017

    2017

    La simplification de l’Aide Familiale au Logement (AFL)

    Mise en place en 2000 par le Pays au travers de la Direction des affaires sociales, l’Aide Familiale au Logement (AFL) permet aux locataires de l’OPH de bénéficier d’une aide offrant la prise en charge partielle de leur loyer en fonction de la composition familiale et des revenus du foyer.
    Lire la suite
  • 2017

    2017

    Plan 3 000 logements

    Le Pays lance le « Plan 3 000 logements », qui se veut un cadre de soutien à la dynamique de développement d’une offre de logements en faveur des ménages modestes, en locatif social et très social et en accession à la propriété, sur la base de la programmation annuelle-cible suivante : </br></br> 1. Les objectifs de la programmation engagée par I’OPH sont de 150 logements en habitat groupé et 400 fare OPH par an. </br></br> 2. La VEFA devrait permettre la mise en chantier d’un complément d’offre locative sociale dès 2018 (achat de clés par I’OPH après appels à projets auprès des Organismes de Logements Sociaux Privés (OLSP)), avec 200 logements sociaux et très sociaux supplémentaires par an pour répondre aux besoins et accélérer les opérations de résorption d’habitat insalubre.</br></br> 3. La mise en place d’un programme d’accession sociale à la propriété pour les ménages aux revenus entre 2 et 4 SMIG, soit 300 logements par an avec la combinaison de l’Aide à l‘Investissement des Ménages (AIM) et l’aide du Pays accordée pour des programmes de logements agréés à cet effet pour des OLSP. </br> </br> Enfin, la réhabilitation du parc locatif social de l’OPH devra être accélérée, avec, en particulier, une meilleure mobilisation des prêts de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC).
    Lire la suite
  • 2017

    2017

    Certification ISO 9001:2018

    L’OPH retrouve sa « certification ISO 9001:2018 » et change de nomenclature comptable, de la « M9-5 » à la « M 31 », plus adaptée à la comptabilité des offices HLM et au métier de bailleur social.
    Lire la suite
  • 2016

    2016

    Lancement d’un programme de réhabilitation de 1 000 logements du parc OPH.

    Compte tenu de la vétusté de certains lotissements de son parc social, l’OPH a engagé 22 études relatives à des opérations de réhabilitation représentant plus de 1 000 logements sur les résidences des communes de l’agglomération, de la presqu’île et des Îles de Moorea et Manihi. Le Pays permet aux opérateurs privés d’intervenir dans le cadre du logement aidé (loi du Pays n° 2016-34 du 29 août 2016 relative aux organismes privés de logement social - OLSP).
    Lire la suite
  • 2016

    2016

    Opérations de viabilisations de parcelles dans les îles

    Elles s’inscrivent dans une démarche visant à inciter les populations natives des îles à s’y installer durablement, en y surmontant les problématiques foncières, et évitant ainsi l’exode vers Tahiti. Un programme de viabilisation a ainsi été déployé sur les terres domaniales du Pays situées dans les archipels éloignés. Selon les îles, le projet type consiste à aménager à minima 15 parcelles, dont la superficie est comprise entre 600 et 1 000 m², destinées à la location-vente. Moyennant le prix d’une location sur une durée déterminée, les familles peuvent ainsi bénéficier d’un terrain et y installer un logement, grâce au dispositif d’aide en fare OPH.
    Lire la suite
  • 2015

    2015

    2e Contrat de Projets État-Pays

    Le 2e Contrat de Projets signé entre l’État et le Pays, pour la période 2015-2020, tire les leçons de l’expérience précédente et présente un dispositif plus opérationnel, permettant une mise en œuvre plus rapide des opérations.
    Lire la suite
  • 2013

    2013

    Relance de la production d’aide aux logements.

    Après avoir traversé la crise économique et politique entre 2009 et 2011, l’OPH connaît une relance significative de la production d’aide aux logements.
    Lire la suite
  • 2011

    2011-2013

    Elargissement géographique des missions

    Elargissement géographique des missions et intégration partielle du personnel du Fonds de Développement des Archipels (FDA), anciennement FEI, et de la SAGEP (Société pour l’Aménagement et la Gestion du Patrimoine) au sein de l’OPH.
    Lire la suite
  • 2008

    2008

    1er Contrat de Projets signé entre l’État et le Pays.

    Ce 1er Contrat de Projets signé entre l’État et le Pays, pour la période 2008-2013, marque le renouvellement de la contractualisation des aides de l’État, pour permettre l’accès à un logement décent des populations les plus démunies, résorber l’habitat insalubre, développer le parc social locatif et réhabiliter le parc social existant.
    Lire la suite
  • 2007

    2007

    « Livre Blanc du logement social de l’OPH »

    Les travaux sur les Etats généraux du Logement et sur l’habitat indigne, confortés par des enquêtes sociologiques, ont abouti à la rédaction du « Livre Blanc du logement social de l’OPH », qui fait état de ses forces et faiblesses, mais surtout propose des orientations et un plan d’action, menant à la réorganisation de l’Office au bénéfice de ses clients (L’OPH sera certifié ISO 9001 en 2008).
    Lire la suite
  • 2006

    2006

    Travaux sur « l’habitat indigne »

    Les travaux sur « l’habitat indigne » avec les directeurs des sociétés HLM des autres départements et territoires d’outremer sont poursuivis sous l’égide de l’Union Sociale pour l’Habitat Outre-mer.
    Lire la suite
  • 2005

    2005

    Lancement des États généraux du Logement (EGL).

    Un diagnostic a identifié que l’enjeu politique majeur était de restaurer la valeur du logement. 22 actions thématiques sont identifiées et un schéma directeur du logement est proposé pour la période 2007-2016 pour répondre à 2 priorités : programmer et financer le développement de l’offre sociale ; et engager un programme de lutte renforcée contre l’insalubrité.
    Lire la suite
  • 2004

    2004

    Lancement des États généraux du Logement (EGL).

    Un diagnostic établi en 2005 a identifié que l’enjeu politique majeur était de restaurer la valeur du logement. 22 actions thématiques sont identifiées et un schéma directeur du logement est proposé pour la période 2007-2016 pour répondre à 2 priorités : — Programmer et financer le développement de l’offre sociale ; — Et engager un programme de lutte renforcée contre l’insalubrité.
    Lire la suite
  • 2001

    2001

    Commercialisation des kits de fare

    L’OPH se lance dans la commercialisation des kits de fare sans conditions de <b>revenus</b>
    Lire la suite
  • 2000

    2000

    L’OTHS devient Office Polynésien de l’Habitat (OPH)

    Sa mission principale le positionne comme le constructeur public du logement social (janvier 2000), alors que la Société pour l’Aménagement et la Gestion du Patrimoine (SAGEP) (issue de la scission de la SETIL) intervient essentiellement en qualité d’aménageur du Pays (juillet 2001), et que le FEI (devenu "Fonds de Développement des Archipels" FDA) sur les aides à l’habitat individuel (Fare et AAHI) dans les archipels. L’ensemble de ces réformes aboutit à un dispositif institutionnel mieux organisé. Conforté par son statut de constructeur, l’Office entame une profonde réorganisation pour devenir un bailleur social à part entière. Il reprend la gestion des lotissements de son parc, confiée à la SETIL (SAGEP) depuis 1985.
    Lire la suite
  • 2000

    2000

    Nouvelle politique de l’habitat social

    Cette nouvelle politique de l’habitat social pose le principe de la participation financière des pouvoirs publics et celle des familles. Elle fixe les normes et les coûts des construction, ainsi que les conditions d’attribution. Pour augmenter le nombre des logements à construire, le financement est diversifié, et recourt à l’emprunt (35% en location simple, 45% en location-vente). En contrepartie, le prix du loyer représente le coût réel de la jouissance du logement. Une participation calculée sur les revenus du ménage est exigée pour l’octroi d’un fare OPH.
    Lire la suite
  • 1996

    1996

    Démarche de progrès

    Dans le cadre de la « Démarche de progrès » visant à définir un programme stratégique pour l’avenir économique et social de la Polynésie française, un dispositif traduisant la politique du Territoire en matière de logements sociaux a abouti à l’adoption de la délibération 99-217 du 2 décembre 1999 relative à l’habitat social en Polynésie française. Le dispositif « d’aide à la pierre à 100 % » n’entrait pas dans un cycle vertueux pour les finances publiques, dans la mesure où les fare ATR étaient attribués sans contrepartie financière et que les loyers mensuels des lotissements sociaux étaient arrêtés forfaitairement à 18 310 XPF, quelles que soient la taille ou la situation géographique du logement ou les revenus du locataire. Une fois recouvrés, ces loyers étaient insuffisants pour couvrir les dépenses d’entretien et les grosses réparations des lotissements. La multiplication d’opérateurs publics en matière d’habitat social, compréhensible pendant cette période de calamités naturelles répétitives, s’est révélée au fil du temps budgétivore. C’est ainsi que les missions et personnels de l’ATR sont transférés à la CAH en 1988, et que les missions et personnels de la CAH sont transférés à l’OTHS en 1996.
    Lire la suite
  • 1988

    1988

    La "SEM - Fare de France"

    L’aide technique et financière de l’État, consacrée dans le statut d’autonomie, se concrétise par la signature d’une convention-cadre relative à la réalisation d’opérations d’habitat social en Polynésie française, dont la mise en œuvre est confiée à une société d’économie mixte « Fare de France ». Elle aura mènera de grandes opérations de construction de logements locatifs sur des réserves foncières constituées et viabilisées par l’OTHS. Ce partenariat État - Pays fonde une clef de répartition, qui sera reproduite pour les participations financières ultérieures de l’État en matière d’habitat social : — L’État finance les études et les programmes d’investissement collectifs ou individuels, sous forme de constructions neuves ou de réhabilitation de logements anciens ; — Le Territoire développe ses efforts dans le logement social, pouvant consister dans la mise à disposition gratuite de terrains. Le Contrat de Développement n° 1 (1994-1999) sera bâti sur le même principe, ainsi que le Fond d’investissement pour le développement économique et social des territoires d’outre-mer (FIDES) (1995-1997). Le Fonds de Reconversion Économique de la Polynésie Française (FREPF) (1996-2003) finance à 100 % l’habitat dispersé (Fare MTR), les bénéficiaires apportant l’assise foncière.
    Lire la suite
  • 1986

    1986

    Création de la Caisse d’Approvisionnement de l’Habitat (CAH)

    La CAH a pour mission l’achat et le stockage de tous matériels et matériaux, au profit d’établissements publics conventionnés dans le cadre d’opérations de construction de logements sociaux.
    Lire la suite
  • 1984

    1984

    Autonomie de la Polynésie Française

    Le nouveau statut du 6 septembre 1984, dotant la Polynésie française de l’autonomie interne, lui donne une compétence de droit commun dans toutes les matières qui n’ont pas été réservées par l’État. Le Territoire dispose par conséquent d’une compétence générale en matière de logement à l’exercice de laquelle l’État peut apporter son aide technique et financière. Le message véhiculé par tous les « metua » est que tous les Polynésiens peuvent prétendre à un emploi et à un toit, et incite l’OTHS à mettre en accession à la propriété les logements de son parc. De même que les dégâts causés par les dépressions et cyclones au début des années 1980 avaient conduit à la création de l’ATR (qui a développé le fare du même nom), la préoccupation du développement économique des archipels sinistrés, tant par l’exode vers l’Île de Tahiti depuis la mise en place du Centre d’Expérimentations du Pacifique (CEP), que par la violence des intempéries qui ont détruit l’habitat des populations, de nombreuses missions sont confiées à l’EPA « Fonds d’Entraide aux Îles » (FEI), dont celle relative à l’habitat social dans les archipels.
    Lire la suite
  • 1983

    1983

    Création de l’EPIC « l’Agence Territoriale pour la Reconstruction »

    Compte tenu de l’étendue des dégâts, le gouvernement sera conduit à créer l’EPIC « Agence Territoriale pour la Reconstruction » (ATR), établissement public chargé d’assurer l’œuvre de reconstruction du territoire et de la reconstitution de l’outil de travail agricole, artisanal, industriel et commercial, à la suite de calamités naturelles ou accidentelles.
    Lire la suite
  • 1982

    1982

    La Polynésie française est touchée par les cyclones

    L’OTHS a été appelé à apporter des aides en matériaux aux populations touchées par la dépression tropicale « Lisa » et les cyclones « Nano », « Orama » et « Reva ».
    Lire la suite
  • 1981

    1981

    L’OTHS développe une politique d’acquisition d’emprises foncières

    En vue de réaliser des opérations de construction de logements sociaux. La gestion des lotissements et la construction de nouveaux lotissements restent déléguées à la Société d’Equipement de Tahiti et des Îles (SETIL), qui dispose d’ingénieurs et de techniciens spécialisés, l’Office se consacrant à la distribution des aides en matériaux pour l’amélioration de l’habitat individuel.
    Lire la suite
  • 1979

    1979

    Création de l’Office Territorial de l’Habitat Social (OTHS)

    Par délibération n°79-22 du 1er février 1979. Doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, il constitue le bras armé des autorités du Territoire pour mettre en place une politique publique du logement social qui deviendra en 2000, l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH), constructeur et gestionnaire public du logement social en Polynésie.
    Lire la suite
  • 1967

    1967

    Création du Fonds Social de l'Habtitat (FSH)

    Le FSH est un dispositif du système de protection sociale. En effet, le logement social est à cette époque, comme la couverture des risques maladies ou la vieillesse, considéré comme un élément constitutif de la protection des travailleurs. Il sera supprimé l'année suivante, avec la création de l'OTHS, et y cèdera ses biens.
    Lire la suite